Le Fitness d’hier et celui aujourd’hui – Années 2000 VS 2020

L’activité physique est aujourd’hui vraiment reconnue pour ses bienfaits sur la santé et offre de surcroît un plaisir inégalable lorsqu’on l’intègre dans son quotidien.
Comme dans tout autre domaine le sport connaît une évolution phénoménale tant par le nombre d’adeptes qu’il génère que par les différentes techniques pratiquées.

Le Fitness est une discipline particulièrement évolutive et les standards valables hier ne le sont plus forcément aujourd’hui.
Quels sont les exercices préconisés dans les années 2000 et pourquoi requièrent-ils de nos jours une attention particulière ?

Si vous êtes un inconditionnel du fitness et que vous êtes resté sur l’enseignement d’il y a 20 ans, vous serez vraisemblablement surpris d’apprendre que certains mouvements ne se réalisent plus de la même façon, voire sont à proscrire radicalement de vos entraînements.

Si par contre vous commencez tout juste à vous intéresser d’un peu plus près aux exercices proposés dans le but de vous initier à une activité et optimiser votre santé, alors vous découvrirez les bons mouvements à adopter.

Diplômé depuis plus de 15 ans, je peux vous dire que mes formations antérieures qui mettaient en avant certaines méthodes, et mes convictions d’aujourd’hui, études scientifiques à l’appui, ne sont plus totalement en adéquation. D’où l’importance de toujours rester formé, informé et en éveil sur l’évolution des techniques.

Voici 3 mouvements fondamentaux, très prisés en Fitness, sur lesquels la technique de réalisation est complètement différente entre les années 2000 et les années 2020.

Les abdominaux.

A l’époque rien que les raisons personnelles qui poussaient les gens à se forger de beaux abdominaux étaient autres.
Il y a 20 ans le discours était de développer un « six pack » pour obtenir les fameuses tablettes de chocolat. Pour y arriver les « Crunch » représentaient LE mouvement incontournable et les séries à répétitions s’enchaînaient à n’en plus finir !
Allongé sur le dos, genoux fléchis, pieds au sol, mains derrière la tête, menton à la poitrine… et les relevés de buste en enroulant la colonne vertébrale et en tirant sur la nuque s’en donnaient à cœur joie. Les grands droits, muscles superficiels de la sangle abdominale, étaient très sollicités et le raccourcissement de la distance entre les épaules et le bassin qui favorisait l’apparition de ces 8 carrés symétriquement opposés, encourageait également l’apparition d’une belle proéminence ventrale.
Aujourd’hui on parle de ventre plat. L’effet de mode n’est plus le même. Et heureusement car les études ont démontré que les « crunch », effectués selon la méthode des années 2000, engendraient une pousse de l’abdomen vers l’avant et vers le bas, et provoquaient par conséquence une pression très importante sur les organes.
Pour obtenir une sangle abdominale tonique et des résultats probants sur l’effet ventre plat, il faut travailler son transverse, muscle profond des abdominaux.
Les techniques d’aujourd’hui nous invitent à le renforcer grâce à des exercices de gainage et de respiration.
La méthode Pilates, qui s’est très développée ces dernières années, a été le précurseur de cette nouvelle approche de renforcement musculaire.
A ce propos je vous invite à vous rendre sur la chaîne YouTube « Happy Coach » sur laquelle Aurélie Edmond, vous propose régulièrement des séances de Pilates et de Yoga.

Les squats.

Les consignes de réalisation pour un squat étaient auparavant très précises.
Il fallait espacer ses pieds largeur d’épaules, pousser ses fesses vers l’arrière, ne pas dépasser la ligne imaginaire des orteils avec ses genoux, garder le dos droit, et amener ses cuisses parallèles au sol.

Aujourd’hui on se laisse un peu plus aller.
Les pieds sont dirigés vers l’extérieur, les genoux dans l’axe des pointes de pieds et on descend le plus bas possible, accroupi, tout en conservant le dos droit. Les genoux sont légèrement plus avancés mais si vous disposez d’une bonne souplesse de chevilles, de genoux et de dos vous ne risquez rien.

Le squat complet est une posture naturelle que le cross fit a beaucoup démocratisée.
Même les enfants adoptent cette pause tout naturellement. Il suffit simplement de revenir à nos origines, de veiller à conserver une bonne position et de travailler peut-être davantage sa souplesse pour pouvoir le réaliser correctement.

Justement la souplesse parlons-en 😉

Le stretching.

Thème très controversé de nos jours. Faut-il le faire avant ou après un entraînement ?
Faut-il isoler sa séance d’étirements ou ne pas en faire du tout ?
Beaucoup de questions fusent à ce sujet.

A l’époque où j’ai passé mon diplôme les études montraient qu’il fallait toujours s’étirer après une séance d’entraînement de manière à limiter les courbatures et à fluidifier le sang.
Aujourd’hui les études démontrent qu’il faut attendre une bonne demi-heure à 1 heure après un entraînement pour faire son stretching si l’objectif est tel.
Certaines révèlent même que le stretching ne sert à rien.

Attention ceci n’enlève en rien le fait d’accomplir quelques étirements en fin de séance pour faire redescendre le rythme cardiaque, pour étirer gentiment les muscles qui viennent d’être sollicités, pour un retour au calme progressif.
Ces 2 à 3 minutes d’étirements restent indispensables après une activité physique intense.

En ce qui me concerne je suis plus partisan de la deuxième version.
Attendre 1 heure pour s’étirer, ce qui permettra une meilleure récupération et évitera les courbatures. L’étirement sera plus efficace sur le muscle précédemment sollicité.
En effet les muscles restent en contraction environ 1 heure après avoir été en action.
Donc le fait de s’étirer juste derrière un training dans l’espoir d’amoindrir les courbatures ne sera pas d’une grande utilité.
Par contre si vous souhaitez effectuer une séance de stretching derrière un HIIT par exemple pour améliorer votre souplesse et conserver votre amplitude articulaire vous pouvez.
L’objectif n’est pas le même.

Que ce soit en termes d’exercices physiques, en termes de nutrition, ou en termes d’image esthétique, les standards évoluent. Rien n’est figé.
Prenez toujours du recul et tenez compte de ce qui vous correspond à vous.
Le standard physique d’hier est loin d’être celui d’aujourd’hui et celui d’aujourd’hui n’est certainement pas celui de demain.

Chez Move Your Fit on essaie de vous amener un maximum de bonnes consignes mais on vous préconise également de toujours rester à l’écoute de votre corps, de prendre de la hauteur pour ne pas faire les choses bêtement 😊.

Laisser un commentaire