Privilégier le fait-maison est particulièrement recommandé de nos jours.
Entre les produits ultras transformés et ceux dont on ne connait pas l’origine il y a de quoi se méfier.
C’est pourquoi cuisiner de savoureux petits plats avec de bons produits, frais et bio de préférence, est la routine à adopter lorsque l’on veut rester en bonne santé. C’est une évidence pour nombreux d’entre nous certes mais pas toujours facile de la mettre en pratique.
Les impératifs et le rythme effréné de nos vies quotidiennes ne permettent pas toujours de prendre le temps de se mettre aux fourneaux. Ajoutez à cela que nous ne sommes pas toujours bien informés des ingrédients à préférer lors de nos préparations et l’alimentation maison devient vite une corvée plus qu’un plaisir.

Dans cet article je vous donne mon point de vue sur les huiles alimentaires.
Faut-il en favoriser une seule pour tous types de cuisson ou primer l’utilisation de plusieurs différentes ? Je vous dis pourquoi et quand préférer l’une plutôt que l’autre.

Les huiles végétales contiennent des acides gras essentiels.

Les acides gras essentiels se trouvent principalement dans d’autres denrées comestibles telles que :

  • les fruits à coque.
  • le poisson gras.
  • les œufs.

Dans le cas d’allergie aux fruits à coques par exemple, consommez des huiles végétales car elles vous apporteront les acides gras dont votre organisme a besoin pour rester en bonne santé.
Privilégiez les huiles froides car une fois chauffées elles deviennent toxiques et nuisent à votre santé.

Les huiles végétales en vinaigrette.

Il est important de varier les huiles.

  • L’huile de colza présente un très bon rapport qualité prix et contient beaucoup d’omégas 3.
  • Les huiles de noix, de noisette ou encore de sésame conviennent parfaitement également pour une vinaigrette. Elles donnent beaucoup de goût mais sont toutefois plus fragiles. Personnellement j’ouvre toujours deux bouteilles d’huiles différentes et je mélange les deux. J’en choisis une pour l’apport en goût et l’autre pour son prix plus attractif.
  • L’huile de lin est pour moi la plus intéressante en omégas 3. C’est une huile particulièrement fragile qui a vu sa consommation interdite il y a quelques années du fait de sa toxicité lorsqu’elle est mal employée.
    Il faut vraiment prêter attention à la qualité de l’huile que vous achetez.
    Cette huile est déconseillée aux femmes enceintes, aux personnes présentant des problèmes de thyroïde ou des soucis intestinaux.
  • L’huile d’olive est également conseillée pour des vinaigrettes, elle apporte du goût mais est un peu moins riche nutritionnellement que les autres.

D’une façon générale préférez les petites bouteilles, achetez vos huiles bios et consommez-les dans les trois mois après ouverture.
Les huiles citées précédemment sont sources de très bonnes graisses. N’hésitez pas à les introduire dans votre alimentation.

Une seule huile à tout faire, bon ou pas?

Fausse idée que de croire qu’une seule huile peut servir pour tous types de préparation.
Comme expliqué ci-haut la plupart des huiles deviennent toxiques lorsqu’on les fait chauffer.
La bonne question à se poser en priorité n’est donc pas « aurai-je l’apport nutritionnel recherché en consommant cette huile ? » mais plutôt « vais-je m’intoxiquer en choisissant d’utiliser cette huile ? ». Faîtes bien attention à la dangerosité du produit et aux répercussions néfastes sur vos poumons ou encore votre système digestif. Pour information une huile atteint son pic de toxicité dès lors que la fumée apparaît. Soyez donc très vigilent.

De plus les huiles ne supportent pas toutes le même degré de chaleur.

Pour vos cuissons douces.
L’huile d’olive convient parfaitement aux cuissons douces mais pas aux fortes températures.
Utilisez-la lors de plats mijotés comme une poêlée de légumes dans une sauteuse par exemple. Privilégiez-la à l’huile de tournesol car elle plus riche nutritionnellement.

Pour saisir.
L’huile de tournesol, contrairement à l’huile d’olive, est très résistante à la chaleur mais est peu intéressante du fait qu’elle ne contient pas beaucoup d’omégas 3.
Je l’utilise principalement lorsque je veux faire revenir un aliment nécessitant d’être saisi. Cela me permet de procurer de la matière grasse à ma poêle en petite quantité. Pourquoi ? Parce que le seul apport que cette huile m’offrira se présentera au niveau calorifique et non nutritionnel. Du coup en cas de main un peu trop lourde mon corps fabriquera du gras.
Attention l’huile de tournesol tourne également lorsqu’elle est cuite à des températures très élevées.

Pour la friture.
L’huile d’arachide est particulièrement recommandée pour la friture car elle supporte de très hautes températures. Elle est donc moins toxique mais son apport nutritionnel, lui, est pire que celui de l’huile de tournesol.
Ceci dit, peu importe l’apport nutritionnel de votre huile, à partir du moment où vous la faites frire vous consommez déjà trop de gras !

Mon opinion sur l’huile végétale de coco.

Cette huile est sujette à de nombreux débats. Elle est très controversée du fait de sa composition.
Si vous regardez d’un peu plus près ce qu’elle contient vous constaterez qu’elle se rapproche fortement des graisses animales telles que celles du canard.
L’huile de coco est constituée de graisses saturées et contient peu d’omégas 3.
Cependant des études tendent à dire que cette huile serait mieux assimilée par notre organisme du fait que sa chaîne d’acides gras de taille moyenne se détacherait plus rapidement.
En ce qui me concerne j’attends que l’on ait plus de recul sur cette hypothèse pour me prononcer.
Pour moi l’huile de coco reste avant tout une composition de graisses saturées.

Personnellement, en dehors du fait que j’utilise volontiers cette huile pour mes cheveux, j’en incorpore légèrement en fin de cuisson douce pour son goût agréable et gourmand.

Et le beurre !

Bien sûr que l’on peut consommer du beurre mais en respectant certaines règles évidemment.
Tout comme certaines huiles cet aliment ne résiste pas à la cuisson.
N’incorporez surtout pas votre beurre entre vos aliments et votre revêtement de cuisson sous peine de risquer l’intoxication.
Ajoutez plutôt votre noisette de beurre en fin de cuisson. Le goût sera meilleur et sa consommation sans danger pour votre santé.
Tout comme les huiles ne comptez pas non plus sur cet ingrédient pour vous apporter la quantité d’acides gras essentiels à votre organisme. Privilégiez les fruits à coques, le poisson gras et les œufs ! Ce sont de meilleures sources 😉.

J’espère que mon avis sur les huiles alimentaires vous aura été utile et que vous prendrez conscience de l’importance de bien les sélectionner.
Si vous souhaitez d’autres conseils en nutrition n’hésitez pas consulter mes vidéos sur l’alimentation 😉.